Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Medical products, vaccines, infrastructures and equipment

De AHO.

Aller à : Navigation, rechercher


Les modules analysés à cette section sont : Produits médicaux (Pharmacie), Vaccins, Infrastructures et Matériels (Equipements).

  • Infrastructures et Equipements. Les Infrastructures constituent une composante essentielle du système de santé et sa gestion doit être assurée par une structure de gouvernance d’un niveau élevé dans l’organigramme du ministère de la santé.

Au Togo, la gestion des infrastructures est assuré par le Service des Infrastructures Sanitaires et de la Maintenance (SISM), logé à la division Finances (DF) de la direction des affaires communes (DAC). Ce service a été déconcentré Document provisoire des normes sanitaires au Togo , et des répondants sont présents dans chaque région sanitaire ; les établissements des soins publics et privés sont en nombre croissant et sont répertoriés par niveaux PNDS 2009-2013.doc, page 19.

Mais il reste des points à améliorer : Les structures, la plupart privées, ne sont pas conformes aux normes Document provisoire des normes sanitaires au Togo (dimensions) ; le processus de maintenant n’est organisé ni au niveau national ni régional. Il n’y a pas de plan de maintenance avec en conséquence, dans le contexte de crise économique actuelle, une dégradation des investissements qui s’aggrave d’années en années.

  • Produits médicaux. La disponibilité des produits médicaux de qualité est une préoccupation permanente dans le système de santé au TOGO. Il existe un cadre politique (La politique pharmaceutique nationale a été élaborée et adoptée en février 1997Politique pharmaceutique, 1998.doc ) et réglementaire (loi sur la pharmacie et les médicaments adoptée en 2001 et complétée en 2004), cohérent et relativement complet. Mais il n’est, dans une large mesure, pas appliqué.

En 1987, le Togo a adhéré à l’Initiative de BAMAKO afin d’améliorer la qualité des soins de santé primaire dans ses formations sanitaires. La Direction des Pharmacies, des Laboratoires et des Equipements Techniques (DPLET) est l’autorité nationale de réglementation pharmaceutique (ANRP), donc chargée de la mise en œuvre de la politique pharmaceutique nationale à travers sept (07) fonctions principales. L’opérationnalisation de ces fonctions devrait permettre entre autre d’accéder à des produits pharmaceutiques de meilleure qualité et de lutter plus efficacement contre les faux médicaments et le marché illicite.

L’approvisionnement, le stockage et la distribution des médicaments sont assurés par des grossistes répartiteurs à but lucratif, Type Loi 1901, un grossiste dépositaire confessionnel, un grossiste répartiteur à but non lucratif à gestion autonome (CAMEG – Togo). Cet ensemble est relayé aux niveaux régional et périphérique par cinq (05) dépôts régionaux d’approvisionnement, des officines privées de pharmacie et des dépôts pharmaceutiques privés agréés. La plupart de formations sanitaires publiques possèdent en leur sein des pharmacies à usage interne.

On note par ailleurs l’existence de trois (03) unités de fabrication des médicaments.

  • Vaccins. L’approvisionnement en vaccins est assuré par les grossistes répartiteurs privés et la CAMEG- Togo PNDS 2009-2013.doc, page 30 . Néanmoins les vaccins du programme élargi de vaccination (PEV) sont fournis aux formations sanitaires publiques par l’intermédiaire de la Division de l’Epidémiologie (DEPI) ; ces vaccins sont financés en partie par les partenaires au développement PPAC PEV Togo - Déf.doc, page 13.

Les capacités de stockage sont faibles PPAC PEV Togo - Déf.doc. Les maladies couvertes par le PEV sont la tuberculose, le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la poliomyélite, la rougeole, la fièvre jaune et l’hépatite B, les rhinites à hémophilus influenzae.

  • Biologie clinique. Bien que le laboratoire d’analyse de biologie médicale, comme outil important d’aide aux diagnostics, soit une partie intégrante du système sanitaire du Togo, ce secteur semble toujours être le "parent pauvre" des réformes sanitaires. Ainsi, le système sanitaire togolais est marqué par une absence de stratégies intégrées de développement des services de laboratoire, l’absence d’institutions ou de points focaux désignés à chaque niveau pour coordonner les efforts déjà accomplis ; et le manque crucial de personnel qualifié de haut niveau a aggravé la dégradation du secteur.

Conscientes de l’urgence de la situation les autorités togolaises ont créé une division des laboratoires qui, après un état des lieux du secteur réalisé en 1998, a identifié les problèmes prioritaires, puis élaboré deux documents importants : la Politique Nationale des laboratoires et le guide de bonne exécution des analyses(GBEA) de la Biologie médicale. Cependant l’INH a été identifié comme laboratoire national de référence, chargé notamment en collaboration avec la DEPI de la surveillance et du contrôle des maladies à potentiel épidémiques.  

  • Sang. Le secteur transfusionnel est en cours de restructuration au Togo depuis 2003. L’objectif essentiel vise à rendre disponible des produits sanguins labiles sécurisés sur toute l’étendue du territoire national. Le secteur transfusionnel est passé de 2 centres en 2009 à 8 centres en 2010. Il s’agit maintenant d’assurer le fonctionnement du nouveau système par une augmentation de la subvention de l’Etat et le renforcement en ressources humaines.

Forces:

  • Existence de structures de gestion (tutelle) de ces différents domaines
  • Existence d’une législation adaptée pour résoudre les grands problèmes concernant ces différents domaines (Code de la Santé Publique (CSP) – mai 2009)
  • Disponibilité d’un document provisoire sur les normes sanitaires au Togo
  • Disponibilité d’un répertoire des établissements de soins par niveau et par région
  • Effectivité de l’approvisionnement des ARV, des CTA et des anti– tuberculeux


Faiblesses:

  • Faible ancrage institutionnel de la structure de gestion des infrastructures et équipements
  • Faiblesse des moyens de régulation et de contrôle du secteur pharmaceutique
  • Système de gestion et d’utilisation adéquate des MEG dans les FS et en particulier dans les hôpitaux peu performant
  • Situation de fragilité de la CAMEG – Togo, pilier du système d’approvisionnement en médicaments des structures publiques et de mise en œuvre de la stratégie nationale de promotion des MEG
  • Insuffisance qualitative et quantitative de ressources humaines
  • Système d’assurance qualité du médicament peu performant
  • Absence d’une politique nationale et de plan de maintenance des infrastructures et équipements
  • Insuffisance des budgets alloués rendant difficiles la pérennisation des activités
  • Ampleur grandissante de la vente illicite des médicaments/environnement socio - économique peu favorable à la régulation du secteur
  • Insuffisance dans le suivi des activités liées à la gestion et la prescription des médicaments, l'évaluation des besoins en médicaments (y compris les ARV)
  • Système de gestion de la chaine de froid peu performant


Recommandations:

  • Résoudre les problèmes des ressources humaines (en lien avec le pilier Ressources humaines)
  • Renforcer la DPLET en vue de lui permettre d’assurer efficacement les sept (07) fonctions qui lui sont assignées
  • Renforcer les capacités de gestion des médicaments au sein des formations sanitaires tel que recommandé par l’audit du secteur pharmaceutique Audit pharmacie Rapport final volume 1 PPN.doc
  • Améliorer les performances de la CAMEG en intégrant les dépôts régionaux autonomes
  • Etablir la carte sanitaire d’installation des infrastructures et équipements
  • Elaborer une politique nationale et un plan de maintenance et de gestion des équipements.
  • Créer une police pharmaceutique