Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Comprehensive Analytical Profile: Mauritania

From AHO

Jump to: navigation, search
This analytical profile provides a health situation analysis of the Mauritania and, coupled with the Factsheet, it is the most significant output of the African Health Observatory. The profile is structured in such a way to be as comprehensive as possible. It is systematically arranged under eight major headings:
1. Introduction to country context
2. Health status and trends
3. Progress on the Health-Related MDGs
4. The Health System
5. Specific Programmes and Services
6. Key Determinants
LocationMauritania.gif

Download the full Taxonomy in PDF (trT)

Statistical profile
Introduction to Country Context

The English content will be available soon.

AfricaMap Mauriania.png

La République Islamique de Mauritanie est située entre les 15ième et 27ième degrés de latitude Nord et les 6ième et 19ième degrés de longitude Ouest, et couvre une superficie de 1 030 700 km², limitée à l’Ouest par l’Océan Atlantique avec près de 700 km de côtes, au Nord par le Sahara Occidental et l’Algérie, à l’Est par le Mali et au Sud par le Mali et le Sénégal.

Quatre zones climatiques sont identifiées en Mauritanie :

  • une immense zone saharienne, au Nord où les précipitations, le plus souvent irrégulières, sont inférieures à 100 mm par an,
Health Status and Trends

The English content will be available soon.

Selon les statistiques sanitaires mondiales 2010[1], l’espérance de vie à la naissance de la population mauritanienne est de 58 ans, avec une différence selon le sexe. Elle est de 57 ans pour les hommes et de 60 ans chez les femmes.

Le taux de mortalité brut est estimé à 13 pour mille[2] avec des disparités parmi certains groupes vulnérables.

Chez les femmes en âge de procréer, 15-49 ans, le taux de mortalité maternelle est de 686 pour cent mille naissances vivantes[3]. Les progrès réalisés dans la baisse de la mortalité maternelle entre 1990 et 2007 sont relativement bon avec un gain de 14 points, selon le Tableau n° 2.1, comparativement au rythme annuel moyen de baisse de la mortalité maternelle dans la région africaine entre 1990 et 2007, égal à 1,7 par an.

Progress
Progress on SDGs
The Health System
Health system outcomes

The English content will be available soon.

L’organisation du système du santé mauritanien relève du Ministère de la Santé. Elle repose sur un secteur public représenté par le Ministère de la santé et les services de santé des Forces armées et de sécurité, et un secteur privé à but lucratif et non lucratif.

L’administration centrale comprend 08 directions, des services et divisions, chargés du pilotage et du suivi des structures du niveau intermédiaire, ainsi que des coordinations de programmes de santé, destinées à piloter, coordonner et suivre les actions de santé plus spécifiques et verticales.

Le niveau périphérique, composé des directions régionales à l’action sanitaire (DRAS) et des circonscriptions sanitaires départementales (CSM), assure la coordination et le suivi des structures du niveau opérationnel, de l’action au quotidien et de la mise en œuvre des programmes de santé.

Leadership and governance

The English content will be available soon.

Le leadership et la gouvernance constituent deux questions transversales indispensables à une action efficace de santé. En Mauritanie la faiblesse du leadership du Département de la santé est essentiellement due à la mobilité importante des responsables du secteur, à la faiblesse des compétences techniques chargées du pilotage, de la coordination et du suivi, et à l’insuffisance de transparence dans la prise de décision.

C’est ainsi que les organigrammes qui se suivent ne visent pas à un besoin d’efficacité dans la mise en œuvre de la stratégie nationale et les décisions d’affectation et de nomination aux postes de pilotage, de coordination et de suivi ne respectent pas les critères d’exigence d’efficacité et d’équité.

Community ownership and participation

The English content will be available soon.

Mauritanie 3450.jpg

L’accessibilité géographique des services de santé pourrait être considérablement améliorée par des activités avancées et mobiles mais également par une approche communautaire systématique portée à l’échelle au niveau national.

Dans les années 80, la Mauritanie avait adopté un système d’extension de l’offre de soins au niveau communautaire basé sur des Unités de Santé de Base (USB) gérées par des agents de santé communautaires prodiguant des Soins de Santé Primaires (SSP) aux populations éloignées des postes et centres de santé. Actuellement, les USB ne fonctionnent que lorsqu’elles sont soutenues par des partenaires.

Partnerships for health development

The English content will be available soon.

C’est dans le cadre de l’approche sectorielle introduite en 1998, que la vision de santé publique dans ses composantes de restructuration stratégique et organisationnelle du secteur, de maîtrise des interventions dans le secteur, de poursuite de la politique de décentralisation des ressources et de renforcement des capacités de gestion, à tous les niveaux, s’est véritablement matérialisée dans un partenariat impliquant plusieurs secteurs ; un partenariat à long terme sans exclusive pour un système de santé performant, cherchant à adapter le cadre de mise en œuvre de la Déclaration de Ouagadougou à la réalité mauritanienne pour redynamiser les Soins de Santé Primaires.

La multisectorialité dans la réponse aux problèmes de santé qui ont leurs causes et/ou leurs conséquences liées à d’autres secteurs, n’est pas effective[4]. En effet, le secteur privé et la société civile ne sont pas ou faiblement impliqués dans la recherche de solutions aux problèmes.

Health information, research, evidence and knowledge

The English content will be available soon.

Les données démographiques de base en Mauritanie, sur lesquelles l’estimation des tailles et la définition des caractéristiques des groupes sont faites, souffrent de l’imprécision des estimations projetées du recensement général de la population et de l’habitat mené en 2000. Avec plus de dix ans, ces projections deviennent très imprécises, d’où la non fiabilité des programmations et les biais dans l’estimation des niveaux actuels de la performance du secteur.

Par ailleurs, au sein même du Ministère de la santé et malgré l’existence d’outils plus ou moins fonctionnels (SNIS, base de données des RHS, système de suivi des infrastructures et équipements, …), les informations de base nécessaires à toute planification ne sont pas toujours disponibles, puis leur fiabilité ne fait, surtout pas l’unanimité.

Health financing system

The English content will be available soon.

Le financement du secteur de la santé en Mauritanie provient de plusieurs sources, principalement, le gouvernement, les ménages, l’assurance-maladie et les PTF.

Les systèmes de financement souffrent de l’absence de politiques et de plans stratégiques globaux de financement de la santé, à la non institutionnalisation des comptes nationaux de la santé pour suivre de près les dépenses de santé, au caractère restreint de la décentralisation financière et au faible montant des budgets nationaux alloué à la santé, particulièrement aux services des niveaux primaire et secondaire qui manquent de capacités de planification, de budgétisation et de gestion financière, à l’inefficacité de l’aide extérieure occasionnée par la faiblesse de l’harmonisation et de l’alignement sur les priorités nationales, ainsi que par la faiblesse des mécanismes de coordination du soutien des partenaires au secteur de la santé.

Service delivery

The English content will be available soon.

L’accès physique aux structures de santé s’est amélioré au cours des dernières années, mais il persiste un grave problème d’accès à des structures fonctionnelles, à savoir des structures équipées et dotées de personnel en quantité et qualité suffisante.

Le développement de l’offre de soins, plus orienté vers les grands ouvrages de santé, a négligé la couverture des populations les plus vulnérables, essentiellement rurales, limitant ainsi, l’accès universel aux services essentiels de santé.

Health workforce

The English content will be available soon.

Malgré un engagement politique en faveur des RHS au plus haut niveau, la Mauritanie est classée parmi les pays qui connaissent une pénurie aigue des personnels de santé. La mise en œuvre du PSDRH adopté en 2006 a permis de disposer de normes en personnel pour les niveaux primaire et secondaire de la pyramide sanitaire et d’adopter un statut particulier du personnel couvrant les principales catégories.

Nonobstant l’instauration de la prime d’éloignement, l’ensemble des structures sanitaires est loin d’être pourvu en personnel à l’intérieur du pays. Afin de renforcer la capacité de production en ressources humaines, les pouvoirs publics ont créé en 2011 trois écoles de formation d’agents paramédicaux, les portant à cinq, ainsi qu’une faculté de médecine depuis 2006.

Medical products, vaccines, infrastructures and equipment

The English content will be available soon.

L’adoption d’une politique pharmaceutique nationale et de textes réglementaires, la création d’une société nationale autonome jouant le rôle de centrale nationale chargée de l’approvisionnement et de la distribution des médicaments et équipements du secteur public (CAMEC), la création d’un Laboratoire national de contrôle de qualité des médicaments (LNCQM) et la création d’un centre national de transfusion sanguine (CNTS) assurant la disponibilité et la sécurité du sang dans le pays, ont permis d’accompagner les stratégies de santé axées sur les intrants médico-sanitaires.

Cependant, la faiblesse des mécanismes de gestion des approvisionnements en produits pharmaceutiques et les insuffisances du contrôle du marché limitent l’accès aux médicaments de qualité.

General country health policies

The English content will be available soon.

Le principe fondamental des politiques de santé développées ces dernières années reste le Droit à la santé pour toutes les personnes et communautés vivant sur le territoire national.

Fondées sur l’éthique, l’équité et la solidarité, les politiques de santé privilégient la participation communautaire et l’implication des intervenants de différents groupes.

Elles ambitionnent l’amélioration durable de la santé des populations, l’atténuation de l’impact de la pauvreté sur les groupes les plus vulnérables et la mobilisation des ressources pour soutenir des actions durables.

Universal coverage

The English content will be available soon.

Aujourd’hui, il est recensé plusieurs systèmes de couverture maladie, qui, pour certains, couvrent plusieurs services tels que la consultation, l’hospitalisation, les médicaments, les examens, l’accouchement simple, la césarienne, le suivi post-natal et l’évacuation à l’étranger.

Ces systèmes regroupent un régime public obligatoire, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM), des régimes privés volontaires, l’Office Nationale de la Médecine de Travail (ONMT), les mutuelles de santé et le Forfait obstétrical en pleine extension, et la prise en charge des indigents insuffisante et aléatoire.

Specific Programmes and Services
HIV/AIDS

The English content will be available soon.

L’épidémie du VIH en Mauritanie, est de type concentrée avec une prévalence nationale estimée à 0,7%. Dans certains groupes à haut risque d’infection par le VIH, comme les professionnelles du sexe, la prévalence est estimée à 7.64 %.

Il est noté également une prévalence relativement élevée, chez les prisonniers (3,9%) avec un risque d’infection au VIH qui augmente avec la durée d’emprisonnement. Par contre, les autres groupes supposés à risque – camionneurs, marins, pêcheurs – présentent des prévalences proches de celle de la population générale avec respectivement 0,90%, 0,83% et 0,82%[5].

Tuberculosis

The English content will be available soon.

La Mauritanie est parmi les pays les plus touchés par la tuberculose. Depuis 1998, un Programme National de lutte contre la Tuberculose (PNLT)[6] a été mis en place, organisé à trois niveaux, un niveau central, un niveau intermédiaire (régional) et un niveau périphérique (départemental).

Les actions stratégiques du Programme sont inspirées de la stratégie globale « Halte à la Tuberculose » recommandée par l’OMS et l’UICTMR, et s’articule autour du développement des ressources humaines, de la détection précoce des cas, de la prise en charge et soutien des malades, de l’approvisionnements réguliers en médicaments antituberculeux, matériels, équipements, réactifs et consommables de laboratoire, et du Suivi – Evaluation des activités du PNLT.

Malaria

The English content will be available soon.

Le paludisme demeure un défi majeur de santé publique en Mauritanie. Il lui est attribué la troisième place en matière de motif de consultation et la première dans les régions de l’Est et du Sud du pays. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans sont les plus affectés par la maladie.

Huit (8) wilayas de l’Est et du Sud du pays sont classées endémiques. Il s’agit du Trarza, Brakna, Gorgol, Guidimagha, Assaba, Hodh Gharbi, Hodh Chargui et du Tagant. Le paludisme représente en moyenne 22% des causes de morbidité et plus de 51% des causes de décès dans les formations sanitaires des 8 wilayas endémiques du pays. Il affecte, également, les conditions socioéconomiques des populations.

Immunization and vaccines development

The English content will be available soon.

Mauritanie 3163.jpg

Des progrès importants ont été enregistrés dans la diminution de l’incidence et la mortalité des maladies cibles du PEV. Le dernier cas de poliomyélite en Mauritanie, remonte à 2001 ; le nombre de cas de rougeole se trouve à son niveau le plus bas pendant l’année 2005 ; le nombre de cas de tétanos maternel et néonatal reste très bas et aucun cas de fièvre jaune n’a été notifié depuis plusieurs années.

La politique nationale de vaccination[7] préconise la vaccination des enfants et des femmes en âge de procréer.

Child and adolescent health

The English content will be available soon.

Mauritanie 0019.jpg

Avec un taux de 122 décès pour 1000 enfants de moins de 5 ans dont 77 au cours de la première année et 43 au cours du premier mois de vie, la mortalité infanto juvénile, infantile et néonatale, reste élevée. Ses principales causes sont d’origine néonatale à 39,4%, les IRA à 22,3%, la diarrhée à 16,2% et le paludisme à 12,2%[8].

Les conditions de vie et de nutrition des ménages, le niveau d’instruction de la mère, le milieu de résidence, l’indice de richesse et le sexe de l’enfant ont une grande influence sur la mortalité des enfants de moins de cinq ans.

Maternal and newborn health

The English content will be available soon.

La mortalité maternelle est estimée à 683 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes. Les principales causes de cette mortalité élevée sont représentées par un chiffre élevé de grossesses à risque, une insuffisance du dépistage et du suivi de ces grossesses, et une faible accessibilité aux soins obstétricaux d’urgence de qualité, en particulier la césarienne.

Les principales causes immédiates de décès périnataux sont imputées à l’hémorragie du post-partum responsable de 40%, les complications de l’hypertension artérielle (éclampsie en particulier) de 36%, l’infection puerpérale de 7,2% et autres (la dystocie, l’anémie, …) de 16,8% de ces décès maternels[1].

Gender and women's health

The English content will be available soon.

En Mauritanie, l’environnement affectant la condition de la femme a connu des transformations significatives au cours des trente dernières années.

En 1992, un Secrétariat d’Etat à la Condition Féminine a été créé, ce qui a rendu possible l’élaboration d’une Stratégie Nationale de Promotion Féminine en 1995 et sa mise en œuvre en 1999[1], date à laquelle fut ratifiée et mise en vigueur la Convention sur l’Elimination des Discriminations à l’Egard des Femmes (CEDEF)[9], suivi en 2001 par l’adoption du Code du Statut Personnel (CSP) qui confère à la femme des droits qui lui étaient jusque-là inaccessibles (divorce judiciaire, possibilité pour l'épouse de susciter le divorce…).

Epidemic and pandemic-prone diseases

The English content will be available soon.

Les maladies à potentiel épidémique bénéficient de surveillance régulière dans le pays. Il s’agit de huit maladies qui ont connu des épisodes épidémiques durant la dernière décennie : la méningite, le paludisme, le choléra, les fièvres hémorragiques, la rougeole, la poliomyélite flasque aigue, les diarrhées sanglantes et le tétanos.

Entre septembre 2009 et mai 2010, 1519 cas de rougeole ont été dénombrés dont 18% chez les enfants de moins de 5 ans et 21 décès enregistrés chez les adultes[1]. Une flambée récente – en 2011 – a touché trois régions du Sud-Est du pays avec plus de 207 cas et 3 décès.

Neglected tropical diseases

The English content will be available soon.

Les maladies tropicales négligées qui connaissent une attention particulière en Mauritanie[10], sont : la schistosomiase, la rage et le trachome.

La première enquête nationale sur la maladie réalisée en 1990, a recensé 8301 cas de dracunculose dans 511 localités. Depuis juin 2004, aucun cas de la maladie n’a été notifié par le Programme national de lutte contre le ver de Guinée. Le 10 octobre 2009, la Mauritanie a été certifiée pays exempt de transmission de la dracunculose par La Commission Internationale de certification OMS Genève, après une série d’évaluations par des Equipes Internationales de Certification EIC de l’OMS.

Non-communicable diseases and conditions

The English content will be available soon.

L’exode rural et le développement des villes en Mauritanie, la sédentarisation et les changements culinaires qu’a connu sa population, ainsi que l’expansion du tabagisme et des substances psycho actives, particulièrement chez les jeunes, ont entrainé l’émergence d’un certain nombre de pathologies.

Les pathologies cardio-vasculaires, dominées par l’hypertension artérielle (HTA) est l’une des premières causes de consultation chez les adultes âgés, avec une prévalence estimée à 22%[1], seraient en forte croissance.

Key Determinants
Risk factors for health

The English content will be available soon.

Les facteurs de risque pour la santé dans notre pays sont, généralement, liés aux facteurs environnementaux et/ou aux changements comportementaux des individus et des collectivités.

Parmi ces facteurs, la consommation de tabac est l’un des plus visibles car, 17,8% de la population sont des fumeurs quotidiens, avec un âge moyen du début de la consommation de tabac à 17,6 années[1]. La consommation de tabac non fumé est peu utilisée, et concerne 8% des hommes et femmes, avec une prédominance féminine nette.

The physical environment

The English content will be available soon.

Mauritanie 0050.jpg

L’eau et l’assainissement constituent un secteur prioritaire pour le pays. L’eau potable est considérée comme le service le plus disponible avec 87,2% enregistrant une nette amélioration par rapport à 2004 (+29%), sans grandes disparités au niveau du milieu[1].

La situation est différente en ce qui concerne l’assainissement, dont l’importance n’est pas suffisamment soulignée, et qui est en plus marqué par un investissement public insuffisant.

La disponibilité des services d’hygiène et d’assainissement reste encore faible au niveau national avec 21,8% malgré une amélioration par rapport à 2004 (19,7%). Néanmoins, ce service a atteint un taux très élevé à Nouadhibou avec 90,5% et à Nouakchott 62%[1].

Food safety and nutrition

The English content will be available soon.

Mauritanie 3401.jpg

En Mauritanie, les aléas climatiques, les cycles répétés de sécheresses, les attaques acridiens et la dégradation des ressources naturelles affectent structurellement et profondément les capacités de production des populations.

La production céréalière n’arrive pas à satisfaire les besoins alimentaires des populations, le pays devant importer près de 70% de ses besoins en produits alimentaires.

Dans les zones rurale 21% de la population se trouve dans une situation d’insécurité alimentaire ; en milieu périurbain, la situation est relativement meilleure avec une prévalence d’insécurité alimentaire de 3.4%[11]. La satisfaction des besoins en nourriture est précaire, avec près du tiers (32,7%) de la population déclarant avoir souvent ou toujours des difficultés à satisfaire leurs besoins en nourriture[12].

Social determinants

The English content will be available soon.

La population mauritanienne est estimée à 3.250.000 habitants en 2009 dont 50,5% de femmes[13]. La population est jeune avec 43% de moins de 15 ans, 51% de moins de 19 ans et 16% moins de 5 ans, a un taux de croissance de 2,4% et une espérance de vie à la naissance de 57,5 ans. Les taux de mortalité infantile et maternelle restent élevés à 122 pour 1,000 et 686 pour 100,000 naissances vivantes respectivement en 2007[14].

Avec environ 3 habitants au km², la densité de la population en Mauritanie est l’une des plus faibles au monde. La population s’est fortement urbanisée aux cours de ces dernières années : 50,1 % en 2006 contre 9,1% en 2000, avec une population actuellement concentrée dans la capitale Nouakchott (25%) et le long du fleuve Sénégal.



References
  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 Statistiques sanitaires mondiales 2010 (OMS, 2011)
  2. Projections de l’ONS pour 2010
  3. Enquête MICS 2007
  4. Rapport d’analyse de situation du secteur de la santé en Mauritanie, 2011 Page 67
  5. Rapport de synthèse des Enquêtes comportementales et sérologiques sur le VIH/SIDA et les IST chez les camionneurs, les marins et les pêcheurs en Mauritanie, INRSP, 2009
  6. Association Contre la Tuberculose et les Maladies Epidémiques
  7. Politique Nationale de Développement de la Petite Enfance en Mauritanie
  8. PNDS 2012-2020 – Analyse de la situation
  9. Groupe des ONG Nationales pour le Suivi-Evaluation de la Mise en OEuvre de la CEDEF en Mauritanie
  10. PNDS 2012-2020
  11. CSA/PAM (2009) Enquête sur la sécurité alimentaire des ménages en Mauritanie (ESAM)
  12. ONS (2009) Profil de la pauvreté de la Mauritanie 2008
  13. Projection de l’ONS sur base des données du RGPH en 2000
  14. ONS (2008) Enquête par grappes à indicateurs multiples 2007