Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Non-communicable diseases and conditions

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

This analytical profile on noncommunicable diseases and conditions is structured as follows:

Contents

Résumé analytique

Il s’agit principalement de l’hypertension artérielle, le diabète sucré, les cancers et la drépanocytose. L’année 2010 a été la 4e année de la mise en œuvre du plan national de la lutte contre les maladies chroniques non transmissibles (MNT). Ce plan avait une durée de cinq (5) ans, depuis 2007. Les activités diverses étaient prévues dans les domaines suivants : la formation du personnel, les évaluations annuelles et à mi -parcours, les supervisions du niveau central au niveau périphérique, la célébration des journées mondiales, la sensibilisation de la population par les journaux et les émissions radio télévisées.

Charge de morbidité

Il s’agit principalement de l’hypertension artérielle, le diabète sucré, les cancers et la drépanocytose.

  • Hypertension artérielle. En 2006, 4586 cas d’hypertension artérielle (HTA) ont été enregistrés. L’hypertension artérielle reste la première maladie cardiovasculaire observée chez l’adulte. Une enquête sur l’hypertension artérielle et les autres facteurs de risque cardiovasculaires réalisée à Brazzaville en 2004 auprès de 2095 sujets révèle une prévalence globale égale à 32,5%. Cette prévalence est plus élevée chez les sujets âgés de 54-65 ans (68,2%) ; et une précocité du phénomène a été observée dans le groupe de 25-34 ans (19%). Enfin l’HTA est présente dans toutes les classes sociales, aussi bien dans les zones urbaines que rurales.
  • Diabète sucré. En 2004, au total, 491 cas de diabète sucré ont été enregistrés dont 6 décès dans les registres des services hospitaliers. On estime que le diabète sucré toucherait environ 20 000 personnes, soit une prévalence de 6%.
  • Cancers. En moyenne 80 à 90 nouveaux cas sont notifiés par année dans le registre des cancers du service de cancérologie du CHU de Brazzaville. Le cancer du col de l'utérus arrive au premier rang, suivi respectivement, par celui du sein (17%) et le cancer primitif du foie. La plupart des malades arrivent à un stade très avancé de la maladie et très peu d’entre eux ont accès à un traitement.
  • Drépanocytose. Une étude, effectuée en 1986 sur le sang du cordon ombilical de nouveau-nés, a montré que 22,25% des sujets étaient hétérozygotes et 1,25% homozygotes . La drépanocytose est l'une des principales causes des hospitalisations enregistrées dans les services de pédiatrie. La maladie étant souvent associée à une autre cause (paludisme, IRA, malnutrition, diarrhées, douleurs articulaires…), la déclaration des décès imputables directement à la drépanocytose pose souvent problème. En effet, le décès survient dans un tableau d’anémie sévère ou d’infection, ce qui justifie la sous notification de la maladie dans les formations sanitaires.

Prévention et lutte contre le Cancer

Prévention et lutte contre les Maladies Cardio-vasculaires

Les statistiques publiées par l’OMS montrent que 50 % des décès dans le monde (40,1% dans les pays en développement) sont attribuables aux maladies non transmissibles (MNT).

Au sein de ces MNT, l’hypertension artérielle (HTA) occupe une place importante avec une prévalence hospitalière de 20-30% dans la plupart des pays. A Brazzaville, elle était de 56 % (1973-1975) , 45% (1975-2000)² . Dans cette dernière étude, le tabac était le premier facteur de risque (FDR) suivi de l’obésité, de l’hypercholestérolémie et du diabète. Les complications cardiaques occupaient le premier rang, les atteintes rénales et neurologiques venaient respectivement en deuxième et troisième position.

Ces enquêtes fragmentaires sous estiment probablement la réalité de la situation. Une étude préliminaire réalisée en 1980 en milieu rural Congolais (1216 sujets examinés, 182 cas d’HTA) établissait la prévalence de l’HTA à 14,96 %.

En effet, le Congo s’est proposé en décembre 2001, un plan stratégique de lutte contre les MNT (Diabète, goitre, HTA, cancer, drépanocytose). Ce plan élaboré par le Ministère de la santé en collaboration avec l’OMS couvre la période 2002-2007.

L’enquête sur l’HTA et les autres facteurs de risque cardiovasculaires organisée à Brazzaville a permis à partir d’un sondage en grappe incluant tous les arrondissement de la ville à arriver à la conclusion que la prévalence globale de l’HTA est de 32,5%. L’enquête a noté que les caractéristiques socio-économiques et d’âge ont une relation avec la prévalence de l’HTA. La TA moyenne se situe à 129,5 (TAS) et 84,3 (TAD). La distribution des effectifs montre une courbe asymétrique gauche, la majorité des sujets se situent en dessous de la moyenne (médiane et mode à gauche) Les tendances diffèrent beaucoup au niveau des tranches d’âge. La prévalence du diabète est de 7% parmi les sujets à risque de diabète à Brazzaville L’analyse de l’IMC a permis d’observer que près de 8,6% de sujets sont obèses. Par contre, il n’a pas été relevé d’association entre l’IMC et la prévalence de l’HTA.

La consommation de tabac est fréquente chez près de 14,4% des sujets. La fréquence de consommation d’alcool a une association avec la prévalence de l’HTA.

Prévention et lutte contre les maladies respiratoires chroniques

Lutte contre le Diabète sucré

Santé bucco-dentaire et noma

Prévention et lutte contre les affections à hématies falciformes et autres troubles génétiques

Santé mentale

Les pathologies mentales les plus courantes dans la Région africaine de l’OMS comprennent des troubles mentaux courants : la dépression, la schizophrénie, l’épilepsie, les problèmes de santé mentale des enfants, les troubles mentaux d’origine organique, les troubles dus aux stress post traumatiques, l’usage et l’abus des substances psycho actives. En l’absence de données fiables, l’ampleur de ces pathologies est encore mal connue. Toutefois, des facteurs aggravant la mauvaise santé mentale sont bien présents. Il s’agit des stress post traumatiques qui ont suivi les conflits socio-politiques récurrents que le Congo a connus, l’augmentation du chômage, l’accroissement de la pauvreté au sein de la population, le manque de structures sociales pour assister les plus vulnérables, l’augmentation de la consommation des substances psycho-actives, l’augmentation des actes de violence en particulier les viols de femmes et d’enfants, les ravages du VIH et du SIDA.

Violence et traumatismes

Maladies de l'Oeil et des Oreilles et des structures connexes

Incapacité et réhabilitation

Etat de la surveillance

Notes de fin: sources, méthodes, abréviations, etc.