Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Food safety and nutrition

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

This analytical profile on food safety and nutrition is structured as follows:

Malgré des revenus importants générés par l’exploitation du pétrole et une croissance économique rapide dans les années 80, les troubles sociopolitiques et conflit de 1993 à 2002 font que le Congo reste confronté a d’importantà d’importants problèmes de pauvreté et de sécurité alimentaire. Près d’un enfant de moins de 5 ans sur trois souffre de malnutrition chronique. Et pourtant, moins de 2% des terres arables sont cultivées.

Contents

Sécurité alimentaire

Nutrition

Politique intersectorielle pour la nutrition

Réduire de moitié d’ici à 2013, la morbi-mortalité liée à la malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans

Objectifs spécifiques

- Augmenter de 19 à 80% le taux d’allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois y compris l’allaitement maternel précoce ;

- Augmenter de 3 a 20% le pourcentage des mères qui allaitent leur enfant jusqu'à 24 mois ou plus ;

- Augmenter de 60 à 80% la proportion d’enfants de 6-24 mois recevant une alimentation de complément adéquate en plus du lait maternel ;

- Assurer le suivi régulier du développement intégral d’au moins 80% des enfants de 0- 59 mois dans 90% de CSI ;

- Assurer la prise en charge d’au moins 80% des malnutris de 0 à 59 mois dans 95% d’hôpitaux du pays ;

- Amener au moins 80% des mères à adopter des pratiques alimentaires favorables à la prévention/réduction de la malnutrition chez les enfants de 0-59 mois.

Nutrition des mères et des enfants

En 1987, Le Congo occupait le premier rang de la malnutrition protéino énergétique (P/T 80%) au niveau de toutes les tranches d’âge des enfants de 6 à 59 mois en comparaison avec les autres pays africains.

Parmi les facteurs à l’origine de cette morbidité chez les enfants de moins de 5 ans figurent la forte prévalence de la malnutrition aigue globale (7%), la prévalence de la malnutrition chronique globale (retard de croissance globale) (26%), la prévalence de l’insuffisance pondérale : (14,4%).

Pour les pratiques inappropriées de l’alimentation on note que 39% seulement de nouveau-nés reçoivent du lait maternel dans l’heure qui suit leur naissance ; 19% seulement des enfants de 0 a 6 mois sont exclusivement allaites au sein ; la durée médiane de l’allaitement maternel est de 17 mois, 36% d’enfants de 0 à 6 mois reçoivent de l’eau de boisson et 10% d’enfants utilisent du biberon.

Le manque de décret réglementant la commercialisation des substitut du lait maternel et d’un cadre réglementaire garantissant la promotion de l’initiative »Hôpitaux amis des bébés sont autant de lacunes.

Le Congo présente une situation d’urgence nutritionnelle caractérisée essentiellement par des difficultés d’accès à la nourriture du fait de la diminution du pouvoir d’achat des ménages, des pratiques inadaptées en matière d’alimentation (coutumes et traditions), une insuffisance de la production vivrière et d’un système défectueux de commercialisation occasionnant une non maîtrise des prix à la consommation des denrées de première nécessité (une consommation tournée vers l’importation) ; Cette situation est accentuée par une détérioration des services de santé et d’hygiène, Le contexte à la base étant liée à une crise sociopolitique de la décennie 90-2000.

L’enquête réalisée en 2008 sur l’état nutritionnel des enfants de 0 a 59 mois des départements de Brazzaville, Pointe-Noire, Bouenza, Pool, Plateaux et Likouala montre que 14,5% d’enfants de 6-59 mois présentent une malnutrition aigue globale.

Shema25.PNG
Cette prévalence est plus élevée que celle observée en 2005 (8%) par EDSC (3), comme le montre le tableau N°1


Tableau n°1 : Comparaison des prévalences de la malnutrition (seuil < - 2 ET) entre l’enquête EDS-1- 2005 et l’enquête 2008 Congo, Standard NCHS, 1977.
Formes de malnutrition
(< - 2ET)
Brazzaville Pointe-Noire Rural
Enquête 2008 EDS Congo, 2005 Enquête 2008 EDS Congo, 2005 Enquête 2008 EDS Congo, 2005
Malnutrition aiguë 10,5% 4,8% 9% 7,6% 7,8% 6,8%
Malnutrition chronique 9,1% 23,7% 12,6% 19,2% 14,7% 29,2%
Insuffisance pondérale 10,7% 8,9% 12,8% 7,9% 16,2% 18,4%


En 1987 la prévalence de l’émaciation se situait à 5,5% au niveau national avec des taux de 12,5% chez les enfants de 12-23 mois ; ce qui constituait déjà un grave problème. En 1999 une enquête réalisée dans le Kouilou dans un contexte post conflit donnait les mêmes tendances de la MPE.

Cantine scolaire

Comme le montre le tableau ci-dessus la prévalence de la malnutrition chronique est plus élevée en 2005 qu’en 2008. Au niveau de toutes les strates. En 1999 le retard de taille était de 13,7% à Pointe-Noire et 31% dans le Kouilou rural, En 1987 la prévalence au niveau national était de 27,5% pour toutes les classes d’âge.

Shema26.PNG


Selon l’EDS 2005, 26% des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique contre 18% en 2002. Les taux les plus élevés étant enregistrés en milieu rural.

Les retards de croissance n’apparaissent pas toujours après des périodes prolongés ou des épisodes successifs d’émaciation. Le ralentissement précoce de la croissance en taille pourrait être en relation avec une diversification alimentaire mal adaptée. Des déficits alimentaires chroniques mais modérée pourraient conduire à un ralentissement précoce de la croissance pondérale accompagnée d’une adaptation instantanée permettant transitoirement un bon équilibre du poids par rapport à la taille.

Malnutrition

Maladies par carences nutritionnelles'. Ce sont principalement les Malnutritions sévères et aiguës Carences en micro nutriments.

  • Malnutritions sévères et aiguës. L'évaluation de l'état nutritionnel, réalisée en 1999 , a révélé que la prévalence moyenne des petits poids de naissance est égale à 13,3 %, elle varie de 13,6 % en milieu rural à 9,4 % en milieu urbain), la malnutrition chronique est observée auprès de 26% des enfants de moins de cinq ans. En outre la malnutrition sévère touche 1 adolescent sur 5.

L’insuffisance pondérale (IP) est appréciée par le rapport poids/âge. Les enfants qui présentent une insuffisance pondérale accusent à la fois une malnutrition aiguë et une malnutrition chronique.

La prévalence de l’insuffisance pondérale est de 14,4% selon l’étude EDS 2005.

En 2008, 12,9% d’enfants de moins de 5 ans de la strate rurale sont touchés par l’insuffisance pondérale globale contre 10,3% à Pointe-Noire et 8,0% à Brazzaville. Selon le sexe, les garçons sont plus touchés par l’insuffisance pondérale globale que les filles.

Malnutrition en micronutriments

Les troubles liés aux carences en micro nutriments ont été observés ces dernières années. En 1998, la prévalence des troubles dus à la carence en iode (TDCI) était égale à 10,2%. Les départements les plus touchés sont la Likouala (19,1%), la Cuvette (15,8%) et la Sangha (13,3%). Par ailleurs, les taches de Bitot sont observées en milieu urbain chez 6,2 % des enfants et 9,7 % des femmes. En milieu rural, ces prévalences s'élèvent respectivement à 12,6% et à 10,1%. Ces observations indiquent que la carence en vitamine A est un réel problème de santé publique au Congo, notamment dans certaines zones écologiques (Cuvette-Ouest, Plateaux, Pool, Lékoumou et Niari).

Selon une étude sur la situation nutritionnelle des populations congolaises réalisée en 2000, les taches de Bitot ont été observées chez 6,2% des enfants en milieu urbain contre 12,6% en milieu rural. L’héméralopie touche 0,06% et 5,1% d’enfants respectivement en milieu urbain et rural. (7) Au sujet de la carence en fer, la conséquence la plus rencontrée est l’anémie ferriprive :

- chez les enfants de 6 à 59 mois 60%
- chez les femmes enceintes 70%
- chez les femmes allaitantes 60%
- les autres femmes 54%

La carence en Iode
Les goitres visibles sont rencontrés chez 10,2% des enfants du primaire ; Les trois régions à risque élevé sont :

    • Likouala 19,2%
    • Cuvette centrale 15,4%
    • Sangha 13,3%

Transition nutritionnelle

Les Infections respiratoires aigues : (IRA). Il ressort des données de l’enquête 2008 qu’au cours des deux semaines qui ont précédées l’enquête, la prévalence de la toux chez les enfants de 0 à 59 mois est de 56,3% à Brazzaville, 42,4% à Pointe-Noire et 42,8% dans la strate rurale.

Les diarrhées : La proportion d’enfants ayant souffert de diarrhée dans les deux semaines ayant précédé l’enquête est d’en moyenne 15% pour l’ensemble des strates.

Les parasitoses
Le VIH /SIDA

Etat de la surveillance

Notes de fin: sources, méthodes, abréviations, etc.