Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Health workforce

De AHO.

Aller à : Navigation, rechercher

L’élaboration du profil des ressources humaines participe à des efforts entrepris pour l’amélioration de la situation des ressources. Il permet de dresser le portrait de la situation actuelle des ressources humaines pour la santé et met en lumière les principaux défis auxquels le pays doit faire face en la matière.

S’agissant de la situation du personnel de santé, les effectifs sont passés de 8.050 en 2005 à 10.376 agents en 2006 avec une prédominance du personnel féminin en 2005 soit 63, 04%. En 2007, l’effectif du personnel en poste dans les formations sanitaires publiques des différents départements était évalué à 7.270 agents. Par rapport à la qualification, les infirmiers et assistants sanitaires occupaient le premier rang avec 2.239 agents soit 30,79%. Tenant compte de l’âge, 7.583 agents soit 94,19% avaient un âge compris entre 30 et 50 ans en 2005,. Au cours de la même année, les villes de Brazzaville et de Pointe-Noire renfermaient à elles seules, 5.135 agents soit 70,63%.

Le secteur privé de la santé comptait 2.849 agents en 2005, dont 38,01% agents de sexe féminin. Brazzaville comptait plus de la moitié du personnel du secteur privé avec un effectif de 1.464 agents soit 51,0 %

Dans le domaine de la production des ressources humaines, le pays compte une Faculté des Sciences de la Santé et cinq (5) écoles paramédicales avec un éventail varié de formations et de filières. Un noyau de compétences pédagogiques y est disponible. Faute d’admission des candidats, la production des diplômés à la Faculté ne se fait pas de façon continue dans les filières de santé publique et sciences infirmières. Le personnel enseignant est insuffisant. En outre, les programmes des enseignements sont quelque peu déconnectés des orientations de la politique nationale de santé.

Dans les écoles paramédicales, on constate une insuffisance en infrastructures. Celles qui existent sont vétustes et peu entretenues. Les effectifs sont pléthoriques. On note en moyenne 94,6 élèves par classe. Les conditions d’admission sont mal définies. Ces écoles se caractérisent par leurs sous équipements en matériel didactique/ pédagogique. On compte environ 1 poste d’apprentissage au laboratoire pour 57 élèves. Une multiplicité de filières de formation est ouverte sans texte juridique de la tutelle ni réelle concertation avec le Ministère en charge de la santé. Les programmes de formation sont caducs, et ne cadrent pas avec les évolutions récentes des orientations de la Politique Nationale de Santé (PNS).

Concernant l’utilisation des ressources humaines pour la santé, les recrutements sont réalisés par les services de la Fonction Publique, sans étude des postes préalable, sans planification fiable et parfois, au mépris de la réglementation en vigueur.

Le paiement des salaires des agents de la santé est du ressort du ministère en charge des finances. Le non application des textes relatifs aux avantages accordés aux personnels de santé associée au contexte global de dégradation du pouvoir d’achat a contribué à l’absentéisme constaté dans les lieux de travail et à la démotivation du personnel.

Dans le domaine de la gouvernance des RHS, l’on note une insuffisance d’agents qualifiés au sein du ministère de la santé, dans la gestion des ressources humaines ainsi que le manque d’outils performants de travail notamment l’outil informatique.

Plusieurs administrations s’impliquent dans la gestion des ressources humaines pour la santé: la Fonction Publique a la mission de recruter et de mettre à la disposition du ministère utilisateur (la santé). Le ministère des finances quant à lui, a la mission de verser le salaire. L’enseignement technique et professionnel plus l’enseignement supérieur ont mission de former. Il faut noter cependant qu’il n’existe aucun cadre de concertation entre ces différents départements.

L’absence d’un plan stratégique de développement des RHS tenant compte des besoins de la mise en œuvre de la Politique nationale de santé, notamment du PNDS demeure un handicap majeur pour définir les projections des besoins en personnels de santé pour les années à venir.