Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Food safety and nutrition

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

Compte tenu du caractère multisectoriel et pluridisciplinaire de la nutrition, un Conseil national de concertation en nutrition (CNCN) a été créé par décret n° 2008-003/PRES/PM/MS/MAHRH/MASSN/MEF du 10 janvier 2008.

Ce conseil, placé sous l’égide du ministère de la santé est un organe consultatif qui émet des avis et des recommandations sur la mise en œuvre de la politique nationale de nutrition. Il coordonne, organise, oriente et suit la politique nationale en matière de nutrition.

Selon les résultats de l’enquête SMART (Standardized Monitoring and Assessment of Relief and Transitions –Suivi et évaluation standardisés des urgences et transitions) 2010, au Burkina Faso, la prévalence d’enfants souffrant de malnutrition aiguë était de 10,5% dont 1,4% de forme sévère. Elle variait selon la région, de 6,8% dans la région du Centre sud à 14,7% dans la région du Sahel. Quant à la proportion d’enfants atteints de retard de croissance, elle était de 28,8% (8,9% de forme sévère) et la prévalence de l’insuffisance pondérale était de 31,4% dont 7,3% de forme sévère.

Les carences en micronutriments les plus courantes au Burkina Faso sont les carences en fer, en vitamine A et en iode

L’anémie se traduit biologiquement par une baisse du taux d’hémoglobine dans le sang par rapport aux normes de l’OMS. Elle constitue la maladie carentielle la plus fréquente au Burkina Faso. En effet, 92% des enfants de 6 à 59 mois présentent une anémie nutritionnelle dont 13% de forme sévère (EDS, 2003). Cette situation est aussi préoccupante chez les femmes enceintes et les femmes allaitantes avec des prévalences respectives de 68,3% et 52,5% (EDS, 2003).

Les activités de surveillance de l’état nutritionnel concernent prioritairement les groupes vulnérables (nourrissons, jeunes enfants, femmes enceintes et femmes allaitantes y compris PVVIH) .Il s’agit des activités suivantes :

  • le suivi de la femme enceinte et de la femme allaitante ;
  • le suivi/promotion de la croissance des enfants ;
  • la dynamisation et une meilleure organisation des Centres de récupération et d'éducation nutritionnelle;
  • le renforcement du dépistage de la malnutrition ;
  • le renforcement de la prise en charge de la malnutrition dans les formations sanitaire