Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Malaria

From AHO

Jump to: navigation, search

Compte tenu de sa situation géographique, le Bénin est un pays caractérisé par des pathologies tropicales variées avec une prédominance des affections endémo-épidémiques dont la plus importante est le paludisme avec des recrudescences saisonnières. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans constituent les groupes les plus vulnérables et sont exposés aux formes graves de la maladie. Toutes les tranches d’âges sont aussi touchées par le paludisme comme le montre la figure1 ci-dessous : Fig14 palu.jpg

Figure 1 : Répartition des cas de paludisme par tranches d’âge de 2006 à 2009

Source : PNLP, MS-Bénin, 2010

Selon l’annuaire des statistiques sanitaires du ministère de la santé en 2012, le paludisme représente 41,4% des affections fréquemment notifiées en consultation et en hospitalisation. Chez les enfants de moins de 5ans en consultation, le paludisme représente 47,2% des affections fréquemment notifiées. Le paludisme grave représente 26,7% des principales causes de décès pour l’ensemble des patients avec 39% chez les enfants de moins de 5ans. Le taux d’incidence du paludisme est évalué à 14,6% tandis que celui de la létalité est de 1,4 ‰.


Le Bénin a adhéré au mouvement mondial “Faire Reculer le Paludisme” (FRP) ou “Roll Back Malaria” (RBM). Il a adopté une vision de lutte contre le paludisme contenue dans les Etudes Nationales de Perspectives à Long Terme : Bénin 2025 [1]. Le but de la Lutte contre le paludisme au Bénin est de contribuer à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) pour 2015. La lutte contre le paludisme est une priorité dans la réforme du secteur de la santé. Le programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) créé depuis 1982 est la structure nationale chargée de la conception, de la planification, de l’organisation et du suivi-évaluation des activités de lutte contre le paludisme au Benin. Sa mission est d’assurer l’accès universel à la prévention et au traitement correct du paludisme pour réduire les taux de mortalité et de morbidité dus au paludisme Dans ce sens plusieurs plans de lutte contre le paludisme ont déjà été mis en œuvre. Le dernier Plan Stratégique de lutte Contre le paludisme [2] couvre la période de 2011 à 2015. La vision du PNLP définit de ce plan est : « d’ici à 2030, le paludisme ne sera plus un problème de santé publique au Bénin ». Ce Plan Stratégique est basé sur le Plan National de Développement Sanitaire 2009-2018, les objectifs d’Abuja définis par les Chefs d’Etat en 2000 et 2006 [3], le Plan Stratégique Mondial Faire Reculer le Paludisme 2005-2015 [4] et les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Le Plan Stratégique de Lutte contre le Paludisme vise trois (03) objectifs généraux:

  • Réduire de 75% le nombre de cas de paludisme d’ici à 2015 par rapport à 2000 ;
  • Atteindre une mortalité nationale proche de zéro (1 décès pour 100 000 habitants) pour tous les décès évitables liés au paludisme ;
  • Renforcer les capacités de gestions managériales du programme

A cet effet, il est basé sur des valeurs promotrices du développement entre autres : l’équité, la qualité, le compte rendu et le partenariat. Il prend en compte le renforcement de la collaboration avec la société civile, le secteur privé, les autres ministères sectoriels avec une implication accrue de la communauté et accorde une attention particulière aux groupes vulnérables et aux populations démunies et marginalisées. Globalement les défis du nouveau Plan stratégique quinquennal sont :

  • la confirmation des cas par la microscopie ou les TDR chez toutes les tranches d’âge dans les formations sanitaires et au niveau communautaire ;
  • l’utilisation régulière des MIILD toutes les nuits et toutes les saisons par la population en général et les groupes cibles en particulier ;
  • l’adoption de comportements favorables à l’assainissement du cadre de vie immédiat en vue de réduire les gîtes larvaires ;
  • la mise en place d’un "système de veille entomologique" dans les différents sites sentinelles pour recueillir des données sur la typologie entomologique et la [5] poursuite de la pulvérisation intra-domiciliaire (PID) ;
  • La fonctionnalité intégrale du système d’information permettant aux acteurs principaux de donner à temps réels de données relatives à la couverture des interventions, la morbidité, la mortalité et la logistique des intrants antipaludiques ainsi que la pérennisation de l’élaboration du Plan Intégré Travail Annuel [6] (PITA) avec tous les partenaires et son respect durant la mise en œuvre des activités, son suivi régulier et son évaluation à mi-parcours [7] et à la fin.

De plus depuis 04 octobre 2011, le gouvernement a lancé officiellement la gratuité des soins de prise en charge des cas de paludisme aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 5 ans dans les hôpitaux et établissements hospitaliers publics installés sur toute l'étendue du territoire national à travers la mise en œuvre d’une stratégie de prise en charge gratuite du paludisme [8]. L’Etat en tant que garant de la santé de la population se substitue aux bénéficiaires pour payer à leur place les tarifs officiels des actes couverts.

Les moyens de lutte contre le paludisme au Bénin sont l’utilisation des Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides à Longue Durée d’action (MILD), l’assainissement de l’environnement, les médicaments anti-paludéens tels que les Combinaisons Thérapeutique à base d’Artémisinine (CTA) avec arrêt de toute monothérapie, la sulfadoxine pyremethamine. Plusieurs La lutte contre le paludisme, au Bénin bénéficie de divers financements provenant de l’Etat et de partenaires techniques et financiers dont notamment la Banque Mondiale, le PMI (USAID), le Fonds Mondial, l’Unicef, l’OMS, l’UNICEF, la BAD.

Au bénin, le paludisme simple peut être pris en charge dans la communauté et à tous les niveaux de la pyramide sanitaire tandis que le paludisme grave ne se prend en charge que dans les formations sanitaires disposant des ressources (hommes et laboratoires) adaptées. Quant à la mise en œuvre, les Partenaires Techniques et Financiers, les ONG et la société civile ont été sollicités afin que leurs projets/programmes puissent servir d’appuis techniques et également contribuer au financement de la stratégie de lutte contre le paludisme. Ainsi, afin de permettre au Bénin d’être au rendez-vous des Objectifs du Millénaire pour le Développement(OMD),les Etats Unis d’Amérique ont réaffirmé leur engagement aux côtés du Gouvernement du Bénin à booster davantage la lutte contre le paludisme à travers deux projets fondamentaux [9]: « Accélération de la Réduction de la Morbidité et la Mortalité dues à la Malaria » (ARM3)et « Pulvérisation Intra domiciliaire en Afrique » (AIRS) pour des durées respectives de 5 ans et de 3 ans. Ces deux projets viennent appuyer le Programme National de Lutte contre le Paludisme en contribuant à terme à réduire de 70% la morbidité et la mortalité dues au paludisme de 2011 à 2015. Plusieurs autres actions phares ont été menées contre la maladie. Il s’agit des campagnes de distribution de moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (Mild), la mise à disposition de Combinaisons thérapeutiques à base d’Arthémisinine, (CTA) pour le diagnostic et le traitement du paludisme. En effet, Le Ministère de la Santé et les PTF ont distribué en 2011, 4 674 800 Moustiquaires Imprégnées d’Insecticide de Longue Durée(MIILD) [10], à raison 1 MILD pour 2 personnes, ce qui permet au Bénin de couvrir aujourd’hui 80 % des ménages disposant d’au moins une moustiquaire imprégnée, et de parvenir à une couverture de 71%d’enfants dormant sous moustiquaire imprégnée en 2011 contre 46,5% en 2006 d’une part,75,5% de femmes enceintes dormant sous moustiquaire imprégnée contre 40 % en 2006 d’autre part. Après l’évaluation des activités de lutte contre le paludisme au Bénin [11] conduite par le Cabinet Leadership & Développement du 1er au 27 novembre 2010 qui avait montré que deux ménages sur cinq (40%) contre 25% en 2006 possèdent au moins une moustiquaire imprégnée d’insecticides à longue durée (MIILD), qu’une irrégularité existe encore dans les visites prénatales effectuées avec seulement 35% des accouchées récentes ayant respectées le calendrier des consultations prénatales et que 46% des femmes ont reçu les deux doses ou plus de SP/Fansidar à titre préventif au cours de la dernière grossesse survenue au cours des deux années ayant précédé l’enquête, les acteurs de lutte contre le paludisme se sont réunis du 06 au 08 août 2013 afin de faire le bilan de mise en œuvre des mesures de gratuité</ref>.

left

Globalement, si les indicateurs de la lutte contre le paludisme au Bénin, ont connu des progrès au cours des 5 dernières années, des défis restent encore à relever pour être au rendez-vous de 2025 des OMD. Le Bénin s’inscrit parfaitement dans les plans régionaux et sous-régionaux de lutte contre le paludisme et des mesures sont prises dans le cadre de l’initiative faire reculer le paludisme. Cette lutte a été progressivement structurée et met aujourd’hui l’accent sur la nécessité d’atteindre des objectifs programmatiques en rapport avec les orientations régionale et mondiale pour le contrôle du paludisme dans le cadre des OMD. Il s’agit pour le Bénin de mettre à l’échelle toutes les interventions majeur de contrôle du paludisme pour atteindre d’ici 2015 une réduction d’au moins 75% du nombre de cas de paludisme par rapport à 2000 et d’atteindre une mortalité nationale proche de zéro soit 1décès pour 100000 habitants. Pour y arriver, les stratégies nationales de lutte contre le paludisme retenues sont adaptées aux spécificités des différents faciès épidémiologiques et, intègrent le renforcement de méthodes de prévention multiples d’une part et l’amélioration de l’accès précoce et correct au diagnostic et traitement du paludisme d’autre part. Il s’agit notamment de :

  • L’accès universel pour utilisation effective des Moustiquaires Imprégnées d’Insecticide à Longue Durée d’action (MIILD) à travers des campagnes de distribution de masse à toute la population, la distribution de routine aux femmes enceintes et aux enfants de moins d’un (1) an respectivement lors des CPN, lors de la vaccination de routine et aux élèves des cours d’initiation, tout ceci renforcé par une communication de masse et de proximité au niveau communautaire ;
  • La Pulvérisation Intra Domiciliaire (PID) et la lutte antilarvaire dans les zones éligibles ;
  • La prévention du paludisme chez les femmes enceintes à travers le traitement préventif intermittent à la Sulfadoxine-Pyriméthamine (TPI/SP)
  • L’accès précoce et correct au diagnostic et au traitement des cas de paludisme à tous les niveaux de la pyramide sanitaire.
  • La gratuité de la prise en charge de cas de paludisme chez les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes.


Références

  1. Etudes nationales de perspectives à long terme : Bénin 2025. 2,6Mo
  2. PNLP 2011-2015. 1,62Mo
  3. Objectifs Abuja Chefs Etats. 107Ko
  4. Plan stratégique mondial 2005-2015.2,58Mo
  5. Lutte contre le paludisme PID. 547Ko
  6. PITA. 237Ko
  7. Rapport final revue de performance 3,83Mo
  8. Stratégie paludisme. 397 Ko
  9. Bulletin SIRP
  10. MIILD
  11. Evaluation lutte contre le paludisme MIS 2010. 780Ko