Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Leadership and governance

From AHO

Jump to: navigation, search

La performance du secteur de la santé dépend en grande partie de la qualité de la gouvernance et du leadership.
Dans l’optique d’une meilleure coordination et rationalisation du système de santé béninois, le Ministère de la Santé du Bénin a fait l’option de l’approche sectorielle caractérisée par l’adhésion à l’initiative IHP+, la signature du Compact, la mise en place de la plateforme RSS, l’élaboration d’un plan de suivi évaluation unique du secteur.
Le Plan National de Développement Sanitaire [1] (PNDS) pour la période de 2009 à 2018 constitue le document stratégique de référence du secteur. La planification du PNDS s’est faite de manière participative, mais les processus annuels de planification ascendante ne sont pas effectifs, ce qui freine la décentralisation des activités au niveau périphérique.

Le Compact National [2], qui est aligné sur le PNDS, formalise la collaboration avec la plupart des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) Le système de santé du Bénin est organisé sous une forme pyramidale à trois niveaux avec, au niveau opérationnel, des zones sanitaires dont la fonctionnalité est encore relative. Les collectivités locales, les communautés et la société civile sont impliquées dans la gestion des services de santé, mais la contribution des collectivités locales au financement des activités de santé est encore faible. Le secteur privé, le secteur libéral et le secteur à vocation humanitaire sont très actifs, mais il se pose cependant des problèmes liés à la réglementation de l’exercice de la profession dans le secteur privé et au respect des textes. La protection du consommateur est légalement garantie au Bénin, la société civile est très active, les médias sont libres et les libertés syndicales sont respectées, mais le contrôle citoyen dans le secteur de la santé reste encore faible. Ce qui contribue au développement des pratiques de corruption et de mauvaise gouvernance dans les structures de santé. Il convient de noter que la plupart des problèmes de gestion du système de santé béninois résident dans un déficit de gouvernance et de leadership. A ce jour, l’équité dans l’accès aux services de santé, la qualité des soins de santé dans les formations sanitaires publiques et le respect des principes éthiques au sein du secteur demeurent encore des défis énormes à relever. A ces défis s’ajoute l’épineux problème de la gestion des ressources humaines dans un contexte de décentralisation et de déconcentration inachevées qui constitue l’une des contraintes majeures à la performance du secteur. Au total, l’analyse de la thématique gouvernance et leadership dans le secteur santé béninois se présente comme suit comme suit :

Forces

  • La constitution de 1990 garantit à tout citoyen béninois le droit à la santé
  • Plusieurs documents ont été élaborés dans le secteur de la santé pour une bonne gouvernance et un leadership de qualité. En effet, des lois, des dispositions réglementaires, des politiques et des plans stratégiques exhaustifs relatifs à la gestion du système de santé ont été élaborés ;
  • le Bénin s’est engagé depuis 2000, dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement avec des indicateurs et des cibles clairement définis ;
  • le Bénin dispose d’une Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP) qui précise entre autres les grandes orientations pour le secteur de la santé et sert de document de plaidoyer pour la mobilisation des ressources ;
  • les consultations nationales de novembre 2007 dénommées "Etats Généraux de la Santé’"[3] ont formulé des recommandations qui ont été prises en compte dans le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS);
  • le Secteur dispose d’un document de politique nationale [4] traduit en Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) dont l’élaboration du relève d’un processus participatif avec la participation des citoyens et de la société civile. Ce plan Stratégique est mis en œuvre à travers les plans triennaux de développement et les plans annuels de travail;
  • plusieurs documents de politiques sous sectorielles existent (hygiène et assainissement, santé maternelle, pharmacie, etc.) ;
  • le Ministère de la Santé a défini le renforcement du partenariat et de l’éthique comme ses domaines prioritaires d’intervention.
* L’existence du Haut-Commissariat à la Gouvernance Concertée [5]  et d’une Charte pour la Gouvernance [6] ;

Faiblesses

La plupart des problèmes de gestion du système de santé béninois résident dans un déficit de gouvernance et de leadership. Plusieurs raisons pourraient expliquer cette situation, notamment :

  • l’insuffisance de vulgarisation et d’application des textes en vigueur ;
  • la gestion, l’élaboration et l’utilisation de manuel de procédures ne rentrent pas encore dans les habitudes ;
  • une application ineffective des mécanismes de planification ascendante intégrée
  • une faible prise en compte de l’information sanitaire dans la prise de décisions aux différents niveaux
  • le non-respect du bien public
  • l’absence de reddition de compte et l’impunité ;
  • la forte politisation de l’administration publique ;
  • la faible application des résultats des audits organisationnels du ministère ;
  • la faible coordination des actions aux différents niveaux de la pyramide sanitaire ;
  • la faible implication de tous les acteurs du système de santé ;
  • l’insuffisance dans la mise en œuvre des orientations stratégiques.
  • niveaux central et intermédiaire concentrent encore l’essentiel des ressources même si la déconcentration au profit des zones sanitaires progresse chaque année, avec une insuffisance de coordination entre les activités des Directions nationales et celles des échelons déconcentrés. Le pilotage du système souffre d’une insuffisance de planification ascendante et d’une coordination assez limitée avec les PTF.
  • forte politisation de l’administration béninoise qui rejaillit sur la gestion des services de santé surtout au niveau de la répartition des ressources et la gestion du personnel. Par ailleurs, les textes régissant le secteur ne sont pas respectés, soit par méconnaissance, ou par choix délibéré
  • une décentralisation qui fragilise le niveau intermédiaire qui souffre d’une insuffisance de définitions de ses attributions ;
  • une implication insuffisante des parties prenantes dans les processus décisionnels en dépit des dispositions existantes à cet effet ;
  • une société civile peu outillée, très orientée dans la lutte contre les maladies prioritaires et insuffisamment impliquée dans la défense du citoyen et le plaidoyer pour l’amélioration de l’offre générale des soins.

Opportunités

Malgré les faiblesses ci-dessus citées, il existe de nombreuses opportunités pour le secteur, à savoir :

  • l’existence d’un environnement juridique propice exhaustif et complet pouvant contribuer à l’amélioration de la gouvernance globale ;
  • l’existence d’un engagement des acteurs et décideurs du secteur en témoigne l’audit organisationnel réalisé en 2008 ;
  • la mise en place du comité de suivi des recommandations issues des Etats Généraux de la Santé de novembre 2007.

Menaces

Les principales menaces au système résident dans la forte politisation de l’administration publique et de l’environnement culturel peu favorable à la bonne gestion Approches de solutions Les approches de solution concernent plusieurs domaines. Il s’agit de:

  • la mise en place de stratégies de vulgarisation des différents textes existants;
  • le renforcement d’un mécanisme de planification et de coordination à tous les niveaux ;
  • la lutte contre l’impunité et la promotion de l’excellence (valorisation du travail bien fait, la reconnaissance du mérite) ;
  • l’application effective de la GAR ;
  • la prise en compte des recommandations des audits et des contrôles dans le secteur ;
  • la dynamisation des corps de contrôle ;
  • renforcer les capacités de la société civile dans son rôle de contrôle et de défense des droits du citoyen
  • élaborer et mettre en œuvre un programme de formation des acteurs de la société civile sur les droits du citoyen dans le domaine de la santé et encourager ces acteurs dans la mise en application de leur rôle de contrôle et de défense des droits du citoyen
  • finaliser le processus de révision des textes régissant l’organisation et le fonctionnement du Ministère de la Santé et veiller à assurer une stabilité de ces textes pour éviter de les réviser trop fréquemment
  • procéder à l’harmonisation des textes
  • généraliser l’utilisation du manuel de planification ascendante intégrée en le complétant par un document du même type qui indiquerait les mécanismes de planification du niveau central
  • veiller à l’utilisation, aux différents niveaux, des informations produites par le système d’information sanitaire, par le monitoring et par les supervisions, dans le cadre de la planification et de la prise de décisions
  • Veiller à l’application effective des textes et œuvrer à la culture de la gestion et la promotion axées sur la performance dans le secteur
  • promouvoir la participation des parties prenantes à toutes les étapes du processus décisionnel et ce, à tous les niveaux de la pyramide sanitaire
  • procéder systématiquement à la diffusion et à la vulgarisation des rapports de performance du secteur.

Dans la recherche de solution aux différents problèmes ci-dessus énumérés, le projet Leadership, management et Gouvernance (LGM), fruit de la coopération entre le Bénin et l’Agence Américaine pour le Développement International (Usaid/Wahington), a été lancé le vendredi 11 juillet 2013 à Cotonou. D’une durée de 5 ans, ce projet permettra de :

  • renforcer les pratiques de gouvernance comme le plaidoyer, l’application des directives, de la réglementation et de l’information aux plus hauts niveaux du Ministère de la Santé ;
  • développer des pratiques de leadership, management et gouvernance pour les leaders et managers de la santé dans les structures ministérielles, au niveau central et départemental ainsi que le secteur privé
  • renforcer les capacités institutionnelles en Leadership, Management et Gouvernance de l’institution de formation retenue.

De même, dans l’optique d’une meilleure coordination et rationalisation du système de santé béninois, une approche de travail structurée autour des groupes de travail thématiques a été mise en place. Il s’agit des groupes de réflexion sur un certain nombre de thématiques d’intérêt et prioritaire pour le secteur, dont la vocation essentielle est d’appuyer la coordination du Ministère à travers des réflexions stratégiques, la documentation des expériences des politiques et stratégies du secteur. Ainsi Cinq Groupe de Travail Thématiques alignés sur les cinq Domaines Stratégique du Plan National de Développement Sanitaire dont « Partenariat et Ethique en Santé » [8] ont été créés.


Références

  1. PNDS 2009-2018. 1,51Mo
  2. Compact National. 1,9Mo
  3. Etats Généraux 2007. 202Ko
  4. Politique nationale. 890Ko
  5. Haut Commissariat Gouvernance. 507Ko
  6. Charte Gouvernance 173Ko
  7. Compact National. 1,9Mo
  8. Partenariat et Ethique en Santé. 182Ko