Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Immunization and vaccines development

From AHO

Jump to: navigation, search

Dans le cadre des activités de gestion de la vaccination et de développement de vaccin, le gouvernement du Bénin a créé l’Agence Nationale de la Vaccination et des Soins de Santé Primaires [1] (ANVSSP) qui s’occupe des activités de couverture vaccinale et coordonne les activités du Programme Elargi de Vaccination. Le Programme Elargi de Vaccination (PEV) est une grande priorité. Son objectif est de contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité infanto juvéniles à travers l’éradication, l’élimination et le contrôle des maladies évitables par la vaccination. L’évolution de la morbidité et de la mortalité liées aux maladies cibles du PEV témoignent des efforts fournis. Les activités du PEV sont mises en œuvre suivants les trois axes majeurs que sont : la vaccination de routine, les vaccinations supplémentaires et la surveillance épidémiologique.

Les postes de vaccination des formations sanitaires sont complétés par le déplacement vers la population par des équipes de vaccination appliquant ainsi la stratégie avancée. Dans le cadre du Programme Elargi de Vaccination (PEV) et conformément aux recommandations de l’OMS, un enfant est considéré comme complètement vacciné s’il a reçu le vaccin du BCG contre la tuberculose, trois doses de DTCoq1contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche, trois doses du vaccin contre la polio et le vaccin contre la rougeole. D’après le calendrier vaccinal, toutes ces vaccinations doivent avoir été administrées à l’enfant au cours de sa première année.

Tab8 couvacc.jpg

Le Bénin a bénéficié du soutien des Fonds GAVI pour l’appui à la sécurité des injections depuis 2002, l’introduction de nouveaux vaccins dans le PEV de routine : le vaccin contre l’Hépatite Virale B en 2002 et les infections à Hib en 2005 sous forme pentavalente (DTC HépB Hib) et le renforcement des services de vaccination depuis 2009. Le Bénin a acquis plusieurs expériences des campagnes de vaccination réussies. Dans le cadre de la gestion des vaccins, le Bénin disposait en 2011, au niveau central de quatre (4) chambres froides dont 3 positives d’une capacité nette totale de 15 000 litres et 1 négative d’une capacité nette de 5 000 litres. Elles sont équipées chacune de deux groupes frigorifiques, 4 congélateurs et réfrigérateurs (3 TCW 1152 et 1 TFW 800), avec une capacité totale nette de 752 litres. Ces appareils sont utilisés surtout pour la congélation des accumulateurs. Les résultats de l’Enquête Démographique et de Santé et à indicateurs multiple du Bénin (EDS-MICS IV) 2011-2012 [2], 54 % des enfants de 12-23 mois ont un carnet de vaccination. D’après les carnets de vaccination ou les déclarations des mères, 48 % d’enfants de 12-23 mois ont été complètement vaccinés et 10 % n’ont reçu aucun vaccin. De manière spécifique, 88 % des enfants ont reçu le BCG ; dans 85 % des cas, les enfants ont reçu la première dose de DTCoq ; dans la même proportion (85 %) des cas, ils ont reçu également la première dose de polio et 70 % des enfants de 12-23 mois ont été vaccinés contre la rougeole. La dose de Polio 0 (à la naissance) a été reçue par plus de quatre enfants sur cinq (82 %). Pour le DTCoq et surtout la Polio, les déperditions sont importantes entre la première et la troisième dose. De 85 % pour la première dose de DTCoq, la couverture tombe à 82 % pour la deuxième et à 74 % pour la troisième, soit un taux de déperdition de 13 %. En ce qui concerne la Polio, les pourcentages respectifs sont 85 %, 79 % et 56 %, soit un taux de déperdition très élevé de 34 %. La couverture vaccinale complète varie énormément d’un département à un autre. Dans les départements des Collines (66 %), de la Donga (63 %), de l’Atacora (60 %), du Littoral et du Zou (57 % chacun) et de l’Ouémé (50 %), au moins la moitié des enfants de 12-23 mois ont été complètement vaccinés. À l’opposé, dans les départements de l’Alibori (26 %), de l’Atlantique et du Couffo (35 % chacun), les proportions sont largement en dessous des 50 %. C’est aussi dans le département de l’Alibori (29 %) que l’on trouve la proportion la plus élevée d’enfants de 12-23 mois n’ayant reçu aucun vaccin. L’instruction de la mère a aussi un effet positif sur la vaccination des enfants : le taux de couverture vaccinale complète passe de 44 % chez les enfants dont la mère est sans instruction à 59 % chez ceux dont la mère a au moins un niveau secondaire 2nd cycle. En 2012, selon l’Annuaire des Statistique Sanitaire [3], la couverture vaccinale du Bénin est de 94,7% détaillé comme suit :

Tab9 couvacc dept.jpg


Source Annuaire Statistique MS 2012

Références

  1. ANVSSP
  2. EDS-MICS 2011-2012. 464Ko
  3. Annuaire statistiques 2012. 4,68Mo