Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Health information, research, evidence and knowledge

From AHO

Jump to: navigation, search

Couverture des enregistrements des faits d’état civil (naissances) au Benin et dans les pays limitrophes, en pourcentage, 2000-2008
Couverture des enregistrements des faits d’état civil naissances au Benin et dans les pays limitrophes en pourcentage 2000-2008.JPG

Couverture des enregistrements des faits d’état civil (décès) au Benin et dans les pays limitrophes, par pays, en pourcentage, 2000-2008
Couverture des enregistrements des faits d’état civil décès au Benin et dans les pays limitrophes par pays en pourcentage 2000-2008.JPG

...: Données indisponibles

Le besoin d’accès à l’information et surtout la maîtrise de l’information constituent aujourd’hui des enjeux déterminants pour les structures à caractère sanitaires où l’on manipule d’importants volumes d’informations sur les activités menées. Les décideurs de ces structures ont aujourd’hui un besoin pressant d’anticiper sur les événements c'est-à-dire faire des prévisions et développer des stratégies. Le Ministère de la Santé du Bénin a mis en place depuis 1990 le Système National d’Information et de Gestion Sanitaire dénommé SNIGS [1] qui tient compte des objectifs fixés dans le document de politique sanitaire et le Plan National de Développement Sanitaire [2]. Il produit des données destinées au calcul des principaux indicateurs nécessaires à la planification, au suivi et à l’évaluation des actions mises en œuvre dans le secteur. La base de données du SNIGS couvre toutes les activités du secteur : données sanitaire, données de gestion, données de programmes. La plupart des informations produites sont consignées dans l’annuaire des statistiques sanitaires. La base SNIGS est disponible à tous les niveaux de la pyramide sanitaire du Bénin. Cependant, on note des insuffisances qui freinent le bon fonctionnement du SNIGS. On peut citer par exemple la non disponibilité des données en temps réel, l’indisponibilité des données du secteur privé, la faible qualité des données, la faible intégration entre les sous-systèmes existants et l’absence d’historisation des données [3]. Pour résoudre ces difficultés, le Ministère de la Santé du Bénin envisage la mise en place d’un entrepôt de données nationale pour la gestion de l’information sanitaire en vue d’obtenir des données en temps réel, exhaustives et fiables, favorisant une prise de décision améliorée. Cependant le financement de ce projet demeure encore une préoccupation. Parmi les réformes envisagées par le Ministère de la Santé du Bénin, on peut noter, le développement de la communication hospitalière et la mise en place d’un système d’information hospitalier [4] entièrement automatisé pour atteindre l’efficacité dans la gestion de l’information hospitalière. Cependant des difficultés de financement existent encore à ces niveaux. L’information sur la santé au Bénin comprend des informations sur la croissance de la population, les naissances, la mortalité (décès maternelle et infantiles) et de la morbidité, les épidémies, les déterminants de la santé (tels que la nutrition, l’hygiène et l’assainissement, le statut socio-économique), l'accès, la couverture et la qualité des services, des coûts et des dépenses, et l'équité. Divers outils et méthodes de collecte des données sont disponibles, y compris l'état civil, les systèmes de recensement, les enquêtes (Démographiques et de Santé I, II, III et IV, l’Enquête Modulaire Intégrée sur les Conditions de vie et des Ménage), les [5], les systèmes de collecte de données de routine, la surveillance des maladies. Les données issues de la recherche en santé contribuent également à l’amélioration des indicateurs sanitaires. La Direction de la Formation et de la Recherche en Santé s’occupe des activités de recherche en santé au Bénin. La recherche en santé est régie au Bénin par la loi n° 2010-40 du 08 décembre 2010 portant code d’éthique et de déontologie pour la recherche en santé au Bénin [6] et le document de politique et stratégie de recherche en santé est élaboré en 2007 [7]. Cependant, la recherche en santé est confrontée à quelques difficultés liées à la faible utilisation des résultats pour la prise de décision et de la faible coordination des activités de recherche. La faible utilisation des résultats de recherche pourrait s’expliquer par la méconnaissance des résultats desdits travaux du fait de la faible vulgarisation des résultats. Par ailleurs, la communication pour la recherche en santé est mise en œuvre à travers la plate-forme web de recherche en santé [http://www.healthresearchweb.org/en/benin (HealthResearchWeb). Cette plate-forme diffuse de l’information sur les institutions de recherche, les documents de politiques et de stratégies pour la recherche en santé, les projets de recherches, l’existence de comité d’éthique pour la recherche en santé. Le site web du [www.beninsante.bj Ministère de la Santé du Bénin] est une source très enrichie en information à laquelle on peut accéder pour y télécharger de l’information. Il est régulièrement mis à jour par le service informatique et donne toute l’information sur les activités menées dans le secteur, les documents élaborés, les fonctionnements des structures ainsi que les relations avec les partenaires techniques et financiers. Ce site contient une base documentaire dans laquelle sont publiées les documents de politiques, stratégies et plans, les rapports d’activités, les statistiques sanitaires, les bulletins d’informations et diverses informations sur les grandes initiatives du secteur santé (gratuité de la prise en charge du paludisme, de la Césarienne, les Groupes Thématiques, le Régimes d’Assurance Maladie Universelle, le Financement Basé sur les Résultats, etc. L’information et les connaissances acquises par l’expérience sont partagées dans le secteur à travers les Groupes Thématiques de Travail (GTT) qui sont des groupes de réflexions sur un certain nombre de thématiques d’intérêt prioritaire pour le secteur de la santé du Bénin. La vocation essentielle des GTT est de contribuer à la coordination du Ministère de la Santé du Bénin à travers des réflexions stratégiques, la documentation des expériences des politiques et stratégies du secteur. Les GTT ont été créés suivant les cinq domaines du plan national de développement sanitaire (PNDS) [8]. Le gouvernement du Bénin reconnait de l’importance des TIC dans le développement du pays à travers « le rôle catalyseur des outils technologiques » avec la création depuis 2001 d’un Ministère chargé de la Communication et des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication ainsi que la création au sein de tous les départements ministériels, les Directions de l’Informatique et du Préarchivage (DIP). Le gouvernement du Bénin s’est par conséquent donné pour objectif de créer « les conditions nécessaires pour faire du Bénin à l’horizon 2025, une société de l’information solidaire, épanouie et ouverte». Cette vision a été renforcée en 2006 avec l’adoption du « Plan TIC-Bénin » [9] dont l’ambition est de faire du Bénin le quartier numérique de l’Afrique. Ce plan a été renforcé avec l’adoption par le Gouvernement le 10 décembre 2008 d’une nouvelle Déclaration de Politique du Secteur des Postes, des Télé-communications et des TIC [10]. Cependant, il faut noter que beaucoup d’efforts restent à faire par le gouvernement pour développer des infrastructures TIC de qualité malgré la disponibilité de la fibre optique. Le taux de pénétration du réseau Internet demeure encore très faible. Seulement 9% de la population ont accès à Internet selon l’étude pour la définition d’une stratégie d’accès universel télécom et TIC réalisé en 2013. De nombreuses localités ne disposent pas encore d’une connexion à l’Internet et celles qui en disposent ne sont pas satisfaits à cause de l’instabilité du signal et de la cherté de coût d’abonnement Le pays n’a pas suffisamment de fournisseurs d’accès à Internet et les trois qui sont présents détiennent le monopole. De plus les Ministères sectoriels ne sont toujours pas reliés par la fibre optique ni interconnectés à Internet à haut débit alors que ces objectifs devraient être atteints en 2010. De même, les services du système sanitaire ne sont pas interconnectés entre eux. Ce qui créé des difficultés de communication et d’accessibilité à l’information.

Références

  1. SNIGS HMN 2007. 1,68Mo
  2. PNDS 2009-2018. 1,51Mo
  3. SNIGS HMN 2007. 1,68Mo
  4. 1ère Session Comité national Télémédecine. 460Ko
  5. Comptes Nationaux de la Santé. 1,8Mo
  6. . Loi 2010-40 Code Ethique. 602Ko
  7. Politique et Stratégie Recherche en santé. 238Ko
  8. PNDS 2009-2018. 1,51Mo
  9. Plan TIC Benin7. 285Ko
  10. DPS Benin6. 871Ko